Archives de catégorie : Sin categoría

Ta mère est ma mère. Commentaire pour les époux : S. Jean 19, 25-34

EVANGILE

Evangile de Jésus-Christ selon Saint Jean 19, 25-34.

 

Or, près de la croix de Jésus se tenaient sa mère et la sœur de sa mère, Marie, femme de Cléophas, et Marie Madeleine. Jésus, voyant sa mère, et près d’elle le disciple qu’il aimait, dit à sa mère : « Femme, voici ton fils. » Puis il dit au disciple : « Voici ta mère. » Et à partir de cette heure-là, le disciple la prit chez lui.

Après cela, sachant que tout, désormais, était achevé, pour que l’Écriture s’accomplisse jusqu’au bout, Jésus dit : « J’ai soif. » Il y avait là un récipient plein d’une boisson vinaigrée. On fixa donc une éponge remplie de ce vinaigre à une branche d’hysope, et on l’approcha de sa bouche. Quand il eut pris le vinaigre, Jésus dit : « Tout est accompli. » Puis, inclinant la tête, il remit l’esprit.
Comme c’était le jour de la Préparation (c’est-à-dire le vendredi), il ne fallait pas laisser les corps en croix durant le sabbat, d’autant plus que ce sabbat était le grand jour de la Pâque. Aussi les Juifs demandèrent à Pilate qu’on enlève les corps après leur avoir brisé les jambes. Les soldats allèrent donc briser les jambes du premier, puis de l’autre homme crucifié avec Jésus. Quand ils arrivèrent à Jésus, voyant qu’il était déjà mort, ils ne lui brisèrent pas les jambes, mais un des soldats avec sa lance lui perça le côté ; et aussitôt, il en sortit du sang et de l’eau.

 

Parole du Seigneur.

Ta mère est ma mère

Nous célébrons aujourd’hui la mémoire de la Bienheureuse Vierge Marie, Mère de l’Église. Il semblerait que cet Évangile doive se terminer juste après le verset dans lequel Jésus dit à Jean que Marie est sa mère. Pourtant, l’Évangile se poursuit jusqu’à la mort de Jésus et au moment où son Cœur très sacré est transpercé et où l’Église émerge de lui sous la forme de sang et d’eau.

Pourquoi en est-il ainsi ? Parce que Marie est la Mère du Chef de l’Église et que, par conséquent, à ce moment-là, Marie devient également la Mère du Corps mystique du Christ, c’est-à-dire la Mère de l’Église, d’où naîtront tous les enfants de Dieu par le baptême.
Je regarde avec admiration Jésus dans l’Eucharistie et je lui demande : « jusqu’à quel point as-tu voulu t’impliquer dans l’humanité pour te soumettre à la maternité d’une mère humaine pour l’éternité ? »
L’Amour de Dieu reste un mystère difficile à mesurer pour quelqu’un d’aussi petit que moi. Je veux aller plus loin dans ton cœur, Seigneur.

Appliqué à la vie conjugale 

Marie-Marguerite : Allez, c’est toi que j’ai épousé, pas ta famille.

Louis : Allez, Marie-Marguerite, il est clair que tu n’as pas épousé mes parents, mais quand tu t’es mariée, tu as embrassé mon passé, mon présent et mon avenir. Et cela inclut mes parents d’une manière très spéciale.
Marie-Marguerite : Oui, Louis, c’est très bien, mais la réalité, c’est que tes parents sont tes parents et les miens sont les miens. Chacun pour soi, tu sais ?
Louis : Ok, tu es une femme très croyante. Eh bien, je te demande de contempler le Christ. Il épouse l’humanité et prend une mère humaine qu’il nomme Mère de tous les enfants de Dieu. Et Dieu lui-même l’accueille en tant que Mère et ne dit pas à Jésus :  » Écoute, c’est ta Mère, et la tienne seulement « . Puisqu’elle que Dieu et Jésus ne sont qu’Un, il l’accueille aussi en tant que Mère de Dieu. Nous devons apprendre du Christ, l’Époux, à être de bons époux. Et moi le premier, ok ? Je suis le premier à ne pas me donner comme Lui le fait.
Marie-Marguerite : Oui, apprenons de Lui. Mais en tout, d’accord ?
Louis : En tout, ma chérie, en tout.

Mère,

Joyeuse fête, si chère Maman du ciel, merci de nous accueillir tous comme tes enfants et d’être la meilleure Mère, la meilleure ! Vous êtes bénie, Sainte Vierge Marie.

En majuscules. Commentaire pour les époux : Jn 20, 19-23

ÉVANGILE 

« De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie » « Recevez l’Esprit Saint » (Jean 20, 19-23.)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

Ce même soir, le premier jour de la semaine, les disciples avaient verrouillé les portes du lieu où ils étaient, car ils avaient peur des Juifs. Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous !». Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie ». Ayant ainsi parlé, il répandit sur eux son souffle et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. Tout homme à qui vous remettrez ses péchés, ils lui seront remis ; tout homme à qui vous maintiendrez ses péchés, ils lui seront maintenus ».

 – Acclamons la Parole de Dieu.

En majuscules.

Au commencement, Dieu nous donna le souffle de vie. Nous étions un morceau de chair animale, mais Dieu insuffla en nous un esprit humain, une âme capable d’abriter le ciel. Mais nous avons décidé d’utiliser notre intelligence, notre liberté et notre volonté pour rivaliser avec Dieu sur la voie de l’autosuffisance.

Alors le Christ nous donne à nouveau un souffle de Vie, cette fois en majuscules, parce qu’Il nous insuffle un nouvel Esprit, lui aussi en majuscules. Cette fois, c’est la vie éternelle, cette fois, c’est la vie définitive, cette fois, c’est l’Infini, cette fois, il n’y a pas de limites, cette fois, viser haut cesse d’être une présomption pour devenir une vertu, une magnificence.

Oui, Il est en nous, Il fait partie de notre âme. Ne vivons pas comme s’Il n’était pas là.

Appliqué à la vie conjugale :

Marie : Pourquoi écris-tu le titre d’aujourd’hui en lettres capitales ?

Joseph : Parce qu’aujourd’hui je veux leur parler de la Vie en majuscules, celle que l’on peut vraiment vivre dans son mariage, pour ne pas se contenter de moins. Marie, que leur dirais-tu à partir de ton expérience d’épouse ?

Marie : Tu sais que je ne suis pas très bavarde. J’aime plutôt écouter, entendre la Parole de Dieu et la garder dans mon cœur.

Je veux vous parler à la première personne, à vous qui écoutez ce message : Tombez amoureux de l’Amour que Dieu a pour vous, afin que vous finissiez par l’aimer. Lorsque vous découvrirez l’immense pouvoir d’attraction que le Sacré-Coeur de Jésus a pour vous, votre coeur sera rempli de joie et vos peines prendront fin. Je vous dis que j’ai Jésus ici à côté de moi, assis à côté de moi, et je vois comment Il vous regarde et comment Son Coeur brûle pour vous. Et je vous dis : « Heureux êtes-vous si vous faites ce que je vous dis, car l’Esprit du Seigneur habite en vous ».

Et toi, Joseph, que leur dirais-tu ?

Joseph : Eh bien, à l’imitation de ta douceur, je leur parlerai à la première personne : À vous qui m’écoutez, je vous dis : Veillez à ne pas entraver ou freiner la puissance de l’Esprit dans votre âme. Oubliez vos projets, vos raisons, vos désirs…. Il y a en toi Quelqu’un qui s’appelle « Amour de Dieu » et qui désire ardemment t’amener à devenir un avec Nous. Ne ressens-tu pas sa force ? Sois plus attentif à Lui et tu verras comment Il te guide. Je te dis que j’ai réussi.

 

Vierge Marie,

Merci d’avoir reçu l’Esprit Saint sur vous et d’avoir ouvert la voie à l’inhabitation de l’Esprit de Dieu en nous.

Nous L’accueillons dans nos cœurs aujourd’hui. Louons-Le, pour l’éternité.

Trois étapes sur le chemin. Commentaire pour les époux : Jn 21, 20-25.

« C’est ce disciple qui a écrit ces choses ; son témoignage est vrai » (Jn 21, 20-25) Alléluia. Alléluia. Je vous enverrai l’Esprit de vérité, dit le Seigneur ; il vous conduira dans la vérité tout entière. Alléluia. (cf. Jn 16, 7.13)

Évangile de Jésus Christ selon saint Jean

En ce temps-là, Jésus venait de dire à Pierre : « Suis-moi. » S’étant retourné, Pierre aperçoit, marchant à leur suite, le disciple que Jésus aimait. C’est lui qui, pendant le repas, s’était penché sur la poitrine de Jésus pour lui dire :
« Seigneur, quel est celui qui va te livrer ? » Pierre, voyant donc ce disciple, dit à Jésus : « Et lui, Seigneur, que lui arrivera-t-il ? » Jésus lui répond : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? Toi, suis-moi. » Le bruit courut donc parmi les frères que ce disciple ne mourrait pas. Or, Jésus n’avait pas dit à Pierre qu’il ne mourrait pas, mais : « Si je veux qu’il demeure jusqu’à ce que je vienne, que t’importe ? » C’est ce disciple qui témoigne de ces choses et qui les a écrites, et nous savons que son témoignage est vrai. Il y a encore beaucoup d’autres choses que Jésus a faites ; et s’il fallait écrire chacune d’elles, je pense que le monde entier ne suffirait pas pour contenir les livres que l’on écrirait.

– Acclamons la Parole de Dieu.

Trois étapes sur le chemin 
En chemin vers Dieu, je commence par l’accomplissement des commandements, c’est à dire faire le bien envers les hommes, puis le détachement de tout ce qui est créé, le matériel (‘vends tout ce que tu possèdes et donne-le aux pauvres’), et l’immatériel (renie-toi toi-même).  Une fois ces étapes franchies, le chemin débouche sur le don de soi-même, c’est le moment du « Suis-Moi ».  Il ne s’agit plus de regarder les autres, ni notre propre chemin, mais bien de regarder Jésus, et seulement Jésus jusqu’à ce que ce ne soit plus moi qui vive, mais que ce soit Lui qui vive en moi. 
 
Appliqué à la vie conjugale
Léa : je ne comprends pas.  Si je ne commets plus de péchés mortels par la grâce de Dieu, et si j’ai renoncé à mes caprices et mes désirs terrestres, pourquoi est-ce que je n’arrive pas à vivre en communion avec toi ? 
René : Il nous manque quelque chose, Léa : renoncer à nos jugements et même à notre honneur.  Nous continuons à discuter, convaincus d’avoir raison, nous continuons à réclamer ce qui nous revient en tant qu’époux… et là, nous sommes toujours attachés à nous-mêmes.
Léa : oui, bien sûr, et tant que vous voudrons être numéro 1, nous ne laissons pas la première place au Seigneur !
René : évidemment, le Christ ne peut pas vivre en nous si nous ne l’y autorisons pas, parce que nous sommes trop sûrs de nous-mêmes, c’est ce qui nous manque
Vierge Marie
                                                                                                                                                                       
Nous voici, nous luttons pour Le suivre sans regarder de côté, merci de nous aider, Vierge Marie ! 

Maintenant suis-moi : Commentaire pour les époux : Jean 21, 15-19

EVANGILE

Sois le berger de mes agneaux, sois le pasteur de mes brebis.
Evangile de Jésus Christ selon Saint Jean 21, 15-19
Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade. Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »
Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. »
Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis.
Amen, amen, je te le dis : quand tu étais jeune, tu mettais ta ceinture toi-même pour aller là où tu voulais ; quand tu seras vieux, tu étendras les mains, et c’est un autre qui te mettra ta ceinture, pour t’emmener là où tu ne voudrais pas aller. » Jésus disait cela pour signifier par quel genre de mort Pierre rendrait gloire à Dieu. Sur ces mots, il lui dit : « Suis-moi. »
Parole du Seigneur

Maintenant suis-moi

Il fut un temps où Pierre disait à Jésus qu’il le suivrait partout où il irait et où Jésus lui disait qu’il ne pouvait pas encore, mais qu’il le pourrait plus tard. C’est maintenant, après le triple appel à l’amour pour ses brebis, un amour qui va jusqu’au don de sa vie, que Pierre est prêt à le suivre.

Appliqué à la vie conjugale

Sophie : Maintenant il est clair pour moi que j’aime le Seigneur autant que je t’aime. Le reste est une fausse affection.
Adrien : C’est vrai que quand on dit qu’on aime le Seigneur et qu’on n’aime pas son conjoint, il y a une contradiction.
Sophie : Justement, c’est ça. Le Seigneur me demande de me donner à toi et j’ai encore du mal. Et quand je regarde les moments où je résiste, ce sont des choses tellement ridicules que je me dis :  » C’est à cause de ces bêtises que je n’ai pas pu me donner ? »
Adrien : Moi, Sophie, je sais que tu aimes beaucoup le Seigneur et que tu es très proche de Lui, et cela te donnera la force de surmonter les troubles de ton cœur. Garde l’espoir en Lui et continue à te battre, d’accord ?
Sophie : D’accord. Merci Adrien de m’avoir encouragée.

Vierge Marie, 

J’aime le Seigneur et j’aime mon époux, mais je ne peux pas l’aimer autant que je le voudrais. Aide-moi, Mère du Ciel, à me donner.

Recherche des 3 jambes. Commentaire pour les époux : Jean 17, 20-26

ÉVANGILE

Qu’ils soient complètement un !

Lecture de l’Évangile selon Saint Jean 17, 20-26

 

En ce temps-là, levant les yeux au ciel, Jésus priait en disant :

 

« Je prie non seulement pour eux, mais aussi pour ceux qui croient en moi par leur parole, afin que tous soient un, comme toi, Père, tu es en moi, et moi en toi, pour qu’eux aussi soient un en nous, afin que le monde croie que tu m’as envoyé.

Je leur ai donné la gloire que tu m’as donnée, afin qu’ils soient un comme nous sommes un, moi en eux et toi en moi, pour qu’ils soient entièrement un, afin que le monde connaisse que tu m’as envoyé et que tu les as aimés comme tu m’as aimé.

Père, voici ce que je désire : que ceux que tu m’as donnés soient avec moi là où je suis, et qu’ils contemplent ma gloire, que tu m’as donnée parce que tu m’as aimé avant la fondation du monde.

 Père juste, si le monde ne t’a pas connu, moi je t’ai connu, et ceux-ci ont connu que tu m’as envoyé. Je leur ai fait connaître et je leur ferai connaître ton nom, afin que l’amour que tu as eu pour moi soit en eux, et moi en eux ».

 

Parole du Seigneur.

 

Recherche des 3 jambes.

La prière sacerdotale de Jésus est une sorte de testament dans lequel il transmet au Père un résumé de ce qu’il a fait pour nous et Lui demande qu’il y ait une continuité et une évolution dans ce qu’il nous a donné jusqu’à l’arrivée de la  plénitude. En résumé, Jésus nous a donné la Parole, le Nom et la Gloire. La Parole qui peut représenter le plan de Dieu, le Nom qui fait référence à l’intimité de Dieu et la Gloire qui devient la Vie divine. Le Chemin, la Vérité et la Vie. C’est l’héritage du Christ qui nous conduit à devenir un les uns avec les autres et avec la Sainte Trinité à travers le Christ. Tout cela pour que nous soyons un.

 Application à la vie conjugale :

Joseph : Peu de gens savent dire comment leur sacrement de mariage les aide dans leur  vie conjugale. Je sais que le Christ est parmi nous, mais qu’en penses-tu si nous le concrétisons dans la vie ?

Andréa : Eh bien, je le résumerais en trois mots qui définissent Jésus : Chemin, Vérité et Vie. Chemin parce qu’il nous enseigne à être des époux. Regarde Jésus comme l’Époux de l’Église et interprète son amour sponsal à partir de Sa façon de se donner et tu viseras juste.

Joseph : Surtout dans la Passion. Je suis d’accord avec toi. En ce qui concerne la seconde, la Vérité, je dirais que c’est entrer ensemble dans son intimité, qui est la seule vérité, parce qu’Il « est » par Lui-même, il n’a besoin d’aucune référence à quoi que ce soit pour le comparer ou pour déterminer d’où il vient, parce qu’Il est le seul à s’expliquer Lui-même et que le reste est constitué de créatures qui viennent de lui. Si toi et moi entrons dans Son intimité et connaissons  qui Il est, toutes nos affections seront correctement ordonnées dans nos cœurs et nous Lui ressemblerons. De plus, lorsque nous entrons dans son intimité, il fait de nous un avec lui.

Andréa : Eh bien, si je suis mariée à un théologien, c’est merveilleux. Et la troisième, la Vie, parce qu’Il nous a créés et nous a donné la vie, mais ensuite Il nous a sauvés pour nous donner la vie éternelle.Une vie surnaturelle qui va bien au-delà de la vie naturelle. Et dans notre mariage, nous pouvons participer à cette vie par la grâce de notre Sacrement. Sans elle, nous ne pourrions pas devenir un avec l’autre.

Joseph: Et toi, en tant que théologienne , ne te sous-estime pas non plus. En fait, voilà les trois jambes de notre voyage spirituel : la formation, la foi et la vie. Où irions-nous sans notre Sacrement ?

Andréa : Nulle part.

 

Vierge Marie,

Quelle bénédiction que Dieu veuille devenir un avec nous.

Que pouvons-nous demander de plus ? Sans Lui, où irons-nous ? Louons Dieu.