Archives de catégorie : Sin categoría

Ce qui te plait, Père. Commentaires pour les époux. Mathieu 6, 7-15

ÉVANGILE

« Vous donc, priez ainsi »Évangile de Jésus-Christ selon Saint Matthieu

En ce temps-là,  Jésus disait à ses disciples : « Lorsque vous priez, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés.
Ne les imitez donc pas, car votre Père sait de quoi vous avez besoin, avant même que vous l’ayez demandé.
Vous donc, priez ainsi : Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié,
que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel.
Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.
Remets-nous nos dettes, comme nous-mêmes nous remettons leurs dettes à nos débiteurs.
Et ne nous laisse pas entrer en tentation, mais délivre-nous du Mal.
Car, si vous pardonnez aux hommes leurs fautes, votre Père céleste vous pardonnera aussi.
Mais si vous ne pardonnez pas aux hommes, votre Père non plus ne pardonnera pas vos fautes. »
Parole du Seigneur

Ce qui te plait, Père.

Une fois n’est pas coutume, regardons le Notre Père avec les yeux du Père, car nous avons la fâcheuse habitude de nous mettre systématiquement au centre de nos prières. Qu’est ce que « Notre Père » voudrait que nous lui disions ?
Dieu nous as fait « parents » pour que nous comprenions ce qu’est la paternité. Comme tout père, il aime que ses enfants lui parlent de leurs affaires, mais avant tout, il a besoin d’être considéré de notre part comme un Père, et de savoir que nous lui faisons confiance, que nous reconnaissons combien il nous aime, combien il prend soin de nous et que c’est dans ses bras que nous trouvons le repos. En tant que parent, n’aimeriez-vous pas que vos enfants fassent ainsi l’expérience de votre paternité ?
Et qu’est-ce qui vous déplairait le plus en tant que père ? Que vos enfants se disputent entre eux, n’est-ce pas ? Eh bien, c’est comme ça. Dieu, qui est Amour, ne peut pas nous donner sa bénédiction si nous ne nous réconcilions pas les uns avec les autres.
Quel Père nous avons ! Gloire à Lui.
Appliqué à la vie conjugale :
Louis : Bon. On est pas d’accord et nous continuons à ne pas être d’accord, et il va falloir discerner et valoriser l’opinion de chacun. Mais ce que nous ne pouvons pas faire si nous voulons que Dieu nous accompagne et nous éclaire, c’est nous mettre en colère, ok ?
Christine : OK. Tu as raison. Le Père n’aime pas que nous soyons désunis, et encore moins que nous ayons quelque chose contre l’autre. Réconcilions-nous et confions-nous à Lui afin qu’Il nous donne la lumière pour bien discerner.
Louis : Je te demande pardon de t’avoir traitée de bornée. Tu es merveilleuse et je n’ai pas le droit de te juger ainsi.
Christine : Je te demande pardon de t’avoir traitée d’arrogant. Tu es un don précieux de Dieu, et je n’en suis pas digne.
Louis : Je te pardonne, Christine.
Christine : Je te pardonne, Luis.
(Et le Père qui est aux cieux les bénit avec la lumière qu’ils avaient demandée pour leur discernement).

Ô notre Mère,

Nous voulons faire sourire le Père. Il est notre Père. Nous savons qu’il nous aime et nous nous reposons dans ses bras.
Louons-le à jamais.

L’eau vive. Commentaire pour les époux : Matthieu 25, 31-46

EVANGILE
 
« Chaque fois que vous l’avez fait à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous l’avez fait » 
Évangile de Jésus Christ selon Saint Matthieu 25, 31-46

« Lorsque le Fils de l’homme viendra dans sa gloire, avec tous les anges, il s’assiéra sur le trône de sa gloire. Toutes les nations seront assemblées devant lui. Il séparera les uns d’avec les autres, comme le berger sépare les brebis des boucs ; et il mettra les brebis à sa droite, et les boucs à sa gauche. Alors le roi dira à ceux qui seront à sa droite : ‘Venez, vous qui êtes bénis de mon Père ; prenez possession du royaume qui vous a été préparé dès la fondation du monde. Car j’ai eu faim, et vous m’avez donné à manger ; j’ai eu soif, et vous m’avez donné à boire ; j’étais étranger, et vous m’avez recueilli ; j’étais nu, et vous m’avez vêtu ; j’étais malade, et vous m’avez visité ; j’étais en prison, et vous êtes venus vers moi’. Les justes lui répondront : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu avoir faim, et t’avons-nous donné à manger ; ou avoir soif, et t’avons-nous donné à boire ? Quand t’avons-nous vu étranger, et t’avons-nous recueilli ; ou nu, et t’avons-nous vêtu ? Quand t’avons-nous vu malade, ou en prison, et sommes-nous allés vers toi ?’. Et le roi leur répondra: ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous avez fait ces choses à l’un de ces plus petits de mes frères, c’est à moi que vous les avez faites.

« Ensuite il dira à ceux qui seront à sa gauche : ‘Retirez-vous de moi, maudits ; allez dans le feu éternel qui a été préparé pour le diable et pour ses anges. Car j’ai eu faim, et vous ne m’avez pas donné à manger ; j’ai eu soif, et vous ne m’avez pas donné à boire ; j’étais étranger, et vous ne m’avez pas recueilli ; j’étais nu, et vous ne m’avez pas vêtu ; j’étais malade et en prison, et vous ne m’avez pas visité’. Ils répondront aussi : ‘Seigneur, quand t’avons-nous vu ayant faim, ou ayant soif, ou étranger, ou nu, ou malade, ou en prison, et ne t’avons-nous pas assisté ? Et il leur répondra : ‘Je vous le dis en vérité, toutes les fois que vous n’avez pas fait ces choses à l’un de ces plus petits, c’est à moi que vous ne les avez pas faites’. Et ceux-ci iront au châtiment éternel, mais les justes à la vie éternelle».

Parole du Seigneur.

L’eau vive

Rester sans Dieu et sans Son amour, voilà ce qu’on risque dans cette vie. C’est l’enjeu de ma vie. Qu’apportent de plus les biens ou les maux temporels ? Qu’apportent de plus les souffrances temporelles ? Être pleinement en Lui voilà à quoi nous aspirons, l’Eau vive qui étanche toutes nos soifs. La plénitude de l’Amour, de l’affection, de la sagesse, le Tout nous attend. Quoi de plus nous apporterait le reste ?

Appliqué à la vie conjugale

Louis : Nous avons tout, Anne. Nous l’avons Lui. C’est pourquoi nous avons tout.

Anne : Qu’importe le reste ? Seulement Toi, Seigneur. Seulement Toi, le Très-Haut Jésus-Christ, avec le Saint-Esprit, dans la gloire de Dieu le Père.

Louis : Amen.
Vierge Marie,
nous faisons l’offrande avec Vous : Par le Christ, avec Lui et en Lui, à vous, Dieu le Père tout-puissant, dans l’unité du Saint-Esprit, tout honneur et toute gloire, pour les siècles des siècles. Amen.

Merci pour les tentations – Commentaire pour les époux : Marc 1, 12-15

Evangile

Il a été tenté par Satan et les anges l’ont servi.

Évangile de Jésus Christ selon Saint Marc 1, 12-15

Jésus venait d’être baptisé. Aussitôt l’Esprit le pousse au désert et, dans le désert, il resta quarante jours, tenté par Satan. Il vivait parmi les bêtes sauvages, et les anges le servaient. Après l’arrestation de Jean, Jésus partit pour la Galilée proclamer l’Évangile de Dieu ; il disait : « Les temps sont accomplis : le règne de Dieu est tout proche. Convertissez-vous et croyez à l’Évangile. »

Parole du Seigneur.

Merci pour les tentations.

Face à des situations qui nous dérangent, la tendance est d’arrêter de les provoquer pour qu’elles cessent de nous déranger. Mais ce n’est pas la solution. La solution est de vouloir que ces situations demeurent, de revivre chaque fois la tentation, en luttant contre elle, jusqu’à ce qu’elle cesse de nous déranger et que nous apprenions à l’aimer.

C’est ce que Jésus nous apprend à faire en allant 40 jours dans le désert, poussé par l’Esprit Saint. Il y est allé pour être tenté et pour fortifier Son âme humaine dans chaque tentation.

Appliqué à la vie conjugale

Marguerite : Foucauld (arrivant de l’autre côté de la maison) Tu m’apportes mes lunettes qui sont sur la table de nuit ?

Foucauld : (peiné, il pense : elle est gonflée, elle ne pouvait pas se lever, au lieu de me faire faire tout ce chemin pour aller dans la chambre ? Mais Foucauld découvre qu’il y a une douleur dans son cœur, causée par la paresse. Au lieu de saisir cette occasion d’aimer, il se plaint en la jugeant. Mais la source de son malaise n’est pas en elle, mais dans sa paresse. Foucauld reconnaît sa faute et demande pardon au Seigneur : « Merci, Seigneur, pour cette occasion que Tu me donnes de me débarrasser de ma paresse) Oui mon amour ! (Et il lui apporte les lunettes) Autre chose ?

Marguerite : Merci, Foucauld. Si tu m’apportais un verre d’eau fraîche, tu serais un chou !

Foucauld : (Une fois de plus, il ressent la douleur de sa paresse, mais remercie Dieu pour cette nouvelle occasion de se mortifier) Bien sûr, ma chérie, je te l’apporte tout de suite. Autre chose avant que je parte ?

Marguerite : Non, merci beaucoup. Je t’aime !

Vierge Marie,

Il est bon pour nous d’expérimenter les tentations du désert. Le Seigneur en a fait l’expérience pendant 40 jours, et il est bon pour nous que cela dure toute notre vie. Merci Seigneur pour les tentations qui nous fortifient et nous permettent d’être davantage à Toi par Ta grâce.


Victimes et bourreaux. Commentaire pour les époux: Lc 5, 27-32

ÉVANGILE

« Je ne suis pas venu appeler les justes mais les pécheurs, pour qu’ils se convertissent » (Lc 5, 27-32) Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. Je ne prends pas plaisir à la mort du méchant, dit le Seigneur. Qu’il se détourne de sa conduite, et qu’il vive ! Tes paroles, Seigneur, sont esprit et elles sont vie. (cf. Ez 33, 11)

Évangile de Jésus Christ selon saint Luc

En ce temps-là, Jésus sortit et remarqua un publicain (c’est-à-dire un collecteur d’impôts) du nom de Lévi assis au bureau des impôts. Il lui dit : « Suis-moi. » Abandonnant tout, l’homme se leva ; et il le suivait.
Lévi donna pour Jésus une grande réception dans sa maison ; il y avait là une foule nombreuse de publicains et d’autres gens attablés avec eux. Les pharisiens et les scribes de leur parti récriminaient en disant à ses disciples : « Pourquoi mangez-vous et buvez-vous avec les publicains et les pécheurs ? » Jésus leur répondit : « Ce ne sont pas les gens en bonne santé qui ont besoin du médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes mais des pécheurs, pour qu’ils se convertissent. »

– Acclamons la Parole de Dieu.

Victimes et bourreaux 

Le Pape François insiste beaucoup sur cet Evangile. Je ne peux pas me permettre de voir en moi le ‘bon’ ou la ‘victime’, et le ‘bourreau’ dans mon époux. Non ! C’est une tentation du Malin.

Comme le disait la petite Sainte Thérèse, si je n’ai pas trébuché quelque part, c’est parce que le Père est bon, et que dans Son infinie Miséricorde, Il a écarté de moi cet obstacle avant que je ne tombe.  Si le Seigneur permet que mon époux trébuche là où moi je n’ai pas trébuché, c’est parce que dans Sa Miséricorde, Il a décidé de ce chemin pour pouvoir le sauver.  Et donc, je suis aimé du Seigneur, et mon époux repésente le Seigneur, point final !

Lorsque j’arrêterai d’accuser mon époux, ce jour-là je deviendrai lumière dans les ténèbres, comme le dit la première lecture d’aujourd’hui. Tant que je continuerai de l’accuser, même si c’est juste dans mon coeur, il y aura en moi plus de ténèbres plus que chez mon époux.  Et moi, je veux être un fils miszéricordieux, comme notre Père est miséricordieux.

Appliqué à la vie conjugale

Isa : Aujourd’hui, Seigneur, je viens Te demander d’avoir pitié de moi car aujourd’hui, j’ai pensé du mal de mon époux dans mon coeur.  Je n’étais pas consciente de la gravité de mes actes, et je comprends que de cette façon, je n’ai pas aidé mon époux à se rapprocher de Toi, mais j’ai été plutôt un motif de scandale pour lui.

Jos : Seigneur, dans l’admiration,  je contemple Ta Miséricorde parce que je ne me sens pas capable d’aimer d’un Amour pur comme Toi. Permets-moi d’être dans Ton coeur et d’aimer comme Toi.

Isa : Pardonne-moi, Jos. Dieu t’aime beaucoup ! Sens-toi aimé par Lui, étant donné que je ne te donne pas l’amour dont tu as besoin.

Jos : Pardonne-moi Isa. Sens-toi infiniment aimée par le Seigneur, étant donné que je ne te donne pas l’amour dont tu as besoin.

Vierge Marie,

Que cet Evangile nous pénètre et transforme nos coeurs d’époux chrétiens.  Heureusement pour nous, Dieu est mioséricordieux et voit notre coeur repenti. Loué soit-Il pour toujours !

Temps et temps. Commentaire pour les époux : Matthieu 9,14-15

EVANGILE
Des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront.
Evangile de Jésus-Christ selon saint Matthieu 9,14-15.
En ce temps-là, les disciples de Jean le Baptiste s’approchent de Jésus en disant : « Pourquoi, alors que nous et les pharisiens, nous jeûnons, tes disciples ne jeûnent-ils pas ? »
Jésus leur répondit : « Les invités de la noce pourraient-ils donc être en deuil pendant le temps où l’Époux est avec eux ? Mais des jours viendront où l’Époux leur sera enlevé ; alors ils jeûneront.
Parole du Seigneur.
Temps et temps.
Dans notre cheminement spirituel, les temps de Dieu sont très importants. Nous sommes actuellement dans un temps de jeûne de l’Époux. Nous devons savourer ce temps de sacrifice afin d’entrer plus tard dans la gloire avec Lui. Nous avons tendance à nous habituer à L’avoir et à perdons la conscience de la valeur de L’avoir. Nous devons maintenant nous préparer à Le « perdre » et à Le retrouver glorieux après trois jours, à Le perdre de vue pour L’adorer en Esprit et en vérité.
Appliqué à la vie conjugale 
Caroline : Plus j’avance dans le Carême et dans ce désert spirituel, plus je fais ensuite l’expérience de la gloire avec le Seigneur. Durant ce temps, je me mets aussi dans la situation de te perdre toi, mon époux, pour te retrouver plus tard dans le Christ.
André : Il faut vivre ce temps avec intensité, tu as raison. C’est vrai que c’est dur, mais sans ce temps de sécheresse nous ne valorisons pas l’eau Vive que nous allons recevoir. Ces jours-ci, je médite aussi sur ce que serait notre mariage sans le Sacrement, pour recueillir notre Sacrement du côté du Christ et faire revivre notre union avec la dimension sacrée et pleine qu’elle a vraiment.
Caroline : Il n’y a pas de gloire sans croix. Beaucoup de gens sont rebutés par l’ascétisme, la lutte, l’effort, la souffrance, mais c’est le chemin que Dieu a établi pour accéder à l’union avec Lui.
André : Il n’y a pas de gloire sans croix. Il n’y a pas de mariage sans croix.
Vierge Marie,
Comment as-tu vécu ce temps où Jésus se préparait à sa Passion ? Fais-moi entrer dans ton cœur, Maman.